INFORMATIONS

Prenons soin de l'eau, pas de la fracturation à Mendoza

Prenons soin de l'eau, pas de la fracturation à Mendoza


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Rapports de l'Union de presse des assemblées de citoyens

05 juin 2018

Fracking et conflit social: à propos de ce qui s'est passé avec l'ingénieur Skalany

San Rafael, 23 mai 2018

L'Assemblée de l'eau de San Rafael est un collectif populaire qui se bat pour la défense de l'actif le plus précieux de notre département depuis des années. Il s'est opposé à la réouverture de la Sierra Pintada, à la promulgation et à la défense de la loi 7722, et à l'arrêt de différents mégaprojets miniers dans notre province. Il fait partie de l'AMPAP (Assemblée de Mendoza pour l'eau pure) qui regroupe toutes les assemblées socio-environnementales de notre province.

Notre organisation est complètement horizontale où tous les membres présentent leurs opinions et seules les activités convenues à l'Assemblée sont menées. Il est absolument démocratique et reste en dehors des partis politiques. Elle découle de l'intérêt des voisins communs en raison du manque de réponse à leurs préoccupations et besoins par leurs représentants, notamment sur les questions environnementales.

Ce mardi dernier nous avons appelé à une concentration au Km 0 en soutien au camp que nous réalisons toutes les Assemblées socio-environnementales de Mendoza devant l'Assemblée législative provinciale demandant une loi interdisant la fracturation hydraulique sur notre territoire. Ainsi, hier, nous avons livré près de 43 000 signatures de partout dans la province accompagnant cette initiative à l'Assemblée législative.

Pendant la concentration, il s'est rendu à la chambre de commerce locale où la directrice de la protection de l'environnement, l'ingénieur Miriam Skalany, a donné une conférence soutenant l'expansion de cette technique d'extraction pétrolière expérimentale. En partant, elle a été réprimandée verbalement par un petit groupe de personnes présentes sans aucune agression physique envers elle, ses compagnons ou son véhicule (il s'agit de regarder les différentes vidéos qui sont sur le réseau et qui le montrent).

De l'Assemblée, nous rejetons tout acte d'agression (même verbal) envers qui que ce soit. Notre vocation, et celle des autres Assemblées de Mendoza, a été et restera toujours celle du dialogue et de la confrontation avec des arguments valables sans recourir à la violence sous aucune de ses formes. Et nos antécédents soutiennent cette affirmation.

Rappelons-nous que l'exploitation des gisements de pétrole non conventionnels dans notre province avait un revenu dépourvu de débat antérieur, même si c'est l'une des activités extractives les plus controversées aujourd'hui et qu'elle est interdite ou avec moratoires dans de nombreux pays de notre planète. Le gouvernement provincial a décidé d'autoriser la fracture de manière expérimentale dans le Rojas Post sans autre préavis, puis de réglementer l'activité sans débat parlementaire. Avant le décret 248/18, une seule audition publique a eu lieu à Malargüe le 28 décembre où les opposants à cette pratique ne disposaient que de deux minutes par présentation, soit une heure et quart de temps pour exprimer tout leur mécontentement. Bien que la moitié des présentations soient contraires à la pratique nouvelle, le décret a suivi son cours préétabli. Il semble que nous ayons encore beaucoup plus à dire à Mendoza sur ce sujet et qu'il incombe au gouvernement d'arbitrer les mécanismes pour que cela se produise.

D'un autre côté, il est violent pour nous de voir nos représentants et fonctionnaires répéter le discours des corporations pour défendre cette pratique comme si elles représentaient réellement les compagnies pétrolières elles-mêmes et non la volonté populaire. A cela s'ajoute la criminalisation constante de la contestation qui a atteint le paroxysme dans notre province grâce à la plainte pénale que des députés et conseillers du parti au pouvoir ont adressé il y a quelques jours à une voisine d'Alvear pour avoir envoyé un message sur WhatsApp avec sa vision de ce se passe en ce moment. Et tout cela dans le cadre d'un bouclier médiatique qui prévaut dans notre province et le pays où les opinions contraires au plan officiel de développement de la fracturation hydraulique ne trouvent pas d'écho dans les médias et pas tant.

Pour tout cela, nous disons:

Mendoza sans fracturation!

L'eau de Mendoza n'est pas négociée!

Assemblée pour l'eau San Rafael

Contacts presse:

Fernando: 260 4408655
Virginie: 260 4649350
Santiago: 260 4321942


Vidéo: CI Metrohm: contrôle qualité de leau de mer (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Gulmaran

    Je suis désolé, cela a interféré ... Je comprends cette question. Il est possible de discuter.

  2. Wilhelm

    Super! Respect à l'auteur :)

  3. Camren

    Je pense que c'est le sujet très intéressant. Donnez avec vous que nous traiterons en PM.

  4. Dudon

    La même chose a été discutée récemment

  5. Wynfield

    Je vous suggère de venir sur un site, avec une information en grande quantité sur un thème intéressant. Pour moi, j'ai trouvé beaucoup d'intéressant.



Écrire un message