LES SUJETS

L'industrialisation de la bioéconomie présente des risques pour le climat, l'environnement et les personnes

L'industrialisation de la bioéconomie présente des risques pour le climat, l'environnement et les personnes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les groupes de la société civile rejettent l'impact d'une croissance exponentielle de la bioéconomie

Ces dernières années, au nom du changement climatique, les gouvernements ont soutenu la substitution de la biomasse aux combustibles fossiles pour produire de l'énergie. Le soutien à d'autres produits fabriqués à partir de biomatériaux est également de plus en plus souvent envisagé, ce qui est devenu à la mode pour appeler «bioéconomie».

La définition la plus largement acceptée de la bioéconomie a été fournie par l'OCDE en 2006: "Ensemble d'opérations économiques d'une société qui utilise la valeur, latente et logée dans des produits et processus biologiques, pour obtenir une nouvelle croissance et des avantages sociaux pour les citoyens et les nations." D'autres, comme Wang Hong-guan, directeur du Center for Biotechnology Development of China, définissent la bioéconomie comme une économie basée sur les ressources biologiques et la biotechnologie, basée sur la production, la distribution et l'application de bioproduits. Pour la Commission européenne, la bioéconomie est une économie qui ne dépend plus des combustibles fossiles pour l'énergie et des matières premières pour l'industrie, mais derecherche biotechnologique, capacité de développement et d'innovation des acteurs économiques.

Quelle que soit sa définition, la vérité est que la bioéconomie propose unechangement de paradigme dans lequel toutes les créations humaines sont obtenues par des procédures contrôlées par l'homme mais intégrées dans la biosphère: des procédures qui imitent ou exploitent des processus naturels complets, de leur génération à leur dégradation.

Un exemple en est la plateforme Biofuture, une initiative proposée par le gouvernement brésilien et lancée en 2016 avec le soutien de 20 pays. Cependant, si vous regardez de près, cette plate-forme montre que la bioéconomie est simplement une couverture pour une augmentation significative de la bioénergie, qui, avec d'autres `` produits biologiques '' de courte durée, a de si mauvaises références climatiques pour le climat. comme ceux de la bioénergie. [1] L'Union européenne et plusieurs pays (qui n'ont pas encore souscrit à la plateforme Biofuture) développent également des «stratégies de bioéconomie» avec des objectifs similaires. [deux]

Les organisations qui souscrivent ici craignent que l'expansion de l'utilisation de la bioénergie et d'autres bioproduits de courte durée (ce que l'on appelle la bioéconomie) ait un impact néfaste sur le climat, les droits de l'homme, la protection de la nature et la transition vers un système énergétique à faible émission de carbone. Nous rejetons la plateforme Biofuture et d'autres développements similaires pour les raisons suivantes:

1. Mauvais pour le climat:

Pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de maintenir l'élévation de la température mondiale en dessous de 1,5 degré, nous devons rapidement réduire les émissions, ainsi qu'accroître la quantité de carbone qui peut être retirée des forêts, des prairies et des sols. Au contraire, la Plateforme Biofuture plaide pour la transition des secteurs de l'énergie, des transports et de l'industrie vers la bioénergie et les biomatériaux. Cela ignore la science (brûler de la biomasse pour produire de l'énergie génère autant d'émissions que brûler du charbon [3]), et aussi la production et la consommation de biocarburants, de bioplastiques et d'autres biomatériaux réduit les terres disponibles pour les cultures, provoque la déforestation ainsi que d'autres conversions dans l'utilisation des terres et libère de l'oxyde nitreux.

Pour atténuer les pires effets du changement climatique, nous avons besoin que les gouvernements, les ONG, les universitaires et le secteur privé travaillent ensemble pour réduire la consommation d'énergie excessive et décarboner les secteurs de l'énergie, des transports et de l'industrie, plutôt que de leur permettre de les riches continuent à consommer de manière excessive tout en passant à une autre ressource également intensive en carbone.

2. Mauvais pour les droits de l'homme:

Une bioéconomie industrielle augmenterait la demande de terres pour la croissance de la biomasse. Cela entraînerait davantage de déforestation et d'autres changements dans l'utilisation des terres à une échelle qui aurait des effets dévastateurs sur les populations. Une étude prudente du potentiel de la biomasse mondiale [4] a révélé que pour que la bioénergie fournisse cinq pour cent de la consommation d'énergie mondiale, elle nécessiterait la conversion d'une superficie de terre plus grande que l'Inde (386 millions d'hectares). La bioéconomie proposée par Plataforma Biofuture aurait besoin d'encore plus de terres pour la convertir en bioproduits. L'hypothèse sous-jacente est que la plupart des terres nécessaires pour convertir l'économie des combustibles fossiles à la bioéconomie seraient fournies par les pays du Sud. Mais la demande croissante de biocarburants et de biomasse pour la chaleur et l'électricité a déjà conduit à l'accaparement de terres à grande échelle et à l'expulsion de villages entiers, ainsi qu'à un accès réduit aux terres agricoles, aux forêts et aux ressources en eau. [5] . Une demande accrue aggravera ces impacts, en particulier lorsque les forêts seront remplacées par des plantations, augmentant l'empoisonnement par les pesticides et les violations des droits du travail, et réduisant l'eau potable et la souveraineté alimentaire. En outre, le traitement et la combustion de la biomasse pour produire de l'énergie libèrent une variété d'émissions toxiques, posant des risques supplémentaires pour la santé.

3. Mauvais pour la nature et la biodiversité:

Nous sommes au milieu d'une crise de la biodiversité qui s'aggravera avec les propositions de la plateforme Biofuture pour augmenter la demande de terres, d'eau et de forêts. La demande d'huile de palme et de soja accélère déjà la destruction des forêts dans de nombreux pays et l'intensification de l'agriculture (plus de produits chimiques, moins de jachères) en Europe et en Amérique du Nord accélère la perte d'insectes et d'oiseaux. [6] La demande de bioénergie a déjà conduit à l'exploitation sans discernement de forêts hautement biodiversifiées dans le sud des États-Unis, [7] dans les États baltes [8] et ailleurs, et à mesure que les plantations de monoculture progressent, le l'agrobiodiversité est réduite et la nature en souffre. Les plantations de bioplastiques et d'autres biomatériaux aggraveront ces problèmes. Nous devons réduire la demande de bois et de cultures et non pas l’augmenter. On suppose également que la production de bioproduits dépendra en grande partie de l'utilisation de cultures, d'arbres et de microbes génétiquement modifiés, qui présentent de graves risques pour l'environnement et la santé humaine.

4. Mauvais pour une transition juste pour sortir de l'économie des combustibles fossiles:

La vision de la plateforme Biofuture détourne l'attention et les ressources des solutions réelles et éprouvées au changement climatique, consolidant les injustices énergétiques, sociales et économiques à travers le monde. Cette plate-forme favoriserait une nouvelle augmentation des subventions pour la bioénergie au détriment des énergies renouvelables véritablement à faible émission de carbone, telles que l'éolien et le solaire, qui devraient être développées immédiatement. La «bioénergie moderne» (biocarburants et biomasse pour la chaleur et l'électricité) que promeut la plateforme Biofuture est principalement utilisée dans le Nord mondial par des industries qui nécessitent des intrants énergétiques élevés, qui devraient se concentrer sur la réduction de cette consommation. La bioénergie leur donne une issue pour éviter de devoir faire face à leur gaspillage.

Les groupes signataires demandent aux 20 pays et aux organisations multilatérales signataires de la plateforme Biofuture de ne pas soutenir la bioénergie ou d'autres bioproduits de courte durée. Nous appelons les autres gouvernements à s'abstenir de soutenir la Plateforme et ses demandes. Nous appelons les gouvernements à proposer des réponses significatives et équitables à la crise climatique qui respectent les droits de l'homme, se concentrent sur des technologies éprouvées à faible émission de carbone, réduisent le gaspillage et le gaspillage, et protègent les forêts et autres écosystèmes.

SIGNEZ LA DÉCLARATION ICI.

Remarques

[1] biofutureplatform.org
[2] Voir https://ec.europa.eu/research/bioeconomy/index.cfm?pg=policy&lib=strategy pour passer en revue la stratégie de bioéconomie de l'UE.
[3] Voir http://www.biofuelwatch.org.uk/biomass-resources/resources-on-biomass/ pour une liste d'études scientifiques montrant que l'énergie de la combustion du bois n'est pas neutre en carbone
[4] Énergie de la biomasse: l'échelle de la ressource potentielle, Christopher B Field et al, Trends in Ecology and Evolution, février 2008; Notez que le chiffre de 5% est basé sur la consommation d'énergie mondiale en 2005. Il se traduit par 27 EJ
[5] Selon un rapport d'Action Aid, les investisseurs de l'UE ont acquis 6 millions d'hectares de terres en Afrique subsaharienne pour la production de biocarburants en mai 2013. Malgré cela, l'UE a importé très peu de fourrage pour les agrocarburants de L'Afrique, ce qui suggère que la tourmente bioénergétique est l'une des causes des accaparements de terres importants, conduisant à l'expulsion forcée de villages entiers, et de nombreuses communautés perdant l'accès à leurs terres agricoles, forêts et eau. actionaid.org/sites/files/actionaid/adding_fuel_to_the_flame_actionaid_2013_final.pdf
[6] Voir par exemple https://e360.yale.edu/features/insect_numbers_declining_why_it_matters
[7] Voir par exemple https://www.dogwoodalliance.org/wp-content/uploads/2017/05/NRDC_2014-2017Booklet_DigitalVersion-resize.pdf
[8] Voir http://www.climatechangenews.com/2018/01/16/logging-surge-threatens-quarter-estonias-forest-warn-conservationists


Vidéo: Quelles transformations sont nécessaires? (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Jovon

    accordéon!

  2. Frisco

    Je joins. Je suis d'accord avec tout ce qui est ci-dessus par dit. Nous examinerons cette question.

  3. Yozshulkis

    Il y a quelque chose dans ce domaine. Je vous suis reconnaissant pour votre aide dans cette affaire. Je ne le savais pas.

  4. Zulkijinn

    Je trouve que tu n'as pas raison. Écrivez en MP, nous discuterons.

  5. Cedric

    Ce n'est pas une blague !

  6. Unwyn

    Comment parvenez-vous à écrire des textes aussi intéressants?



Écrire un message