LES SUJETS

Qui veut écouter les communautés touchées par l'extractivisme? L'Union européenne ne

Qui veut écouter les communautés touchées par l'extractivisme? L'Union européenne ne

Pour répondre à sa demande croissante de matières premières, le plan de l'Union européenne à court et moyen terme est d'encourager l'extractivisme à grande échelle dans autant d'endroits que possible; et à long terme recycler tout ce qui est extrait.

Si toutes les initiatives et expressions de bonne volonté y voient une option nécessaire et souhaitable, le recyclage resterait pour le moment comme plan B, pour «plus tard».

La semaine dernière, les décideurs politiques et l'industrie se sont réunis à Bruxelles pour la troisième édition de la Semaine européenne des matières premières. Le point de vue totalement absent de l'événement a été celui ducommunautés touchées par l'extractivismeen Europe et en dehors du continent. Leur participation n'a pas été envisagée, ils n'ont pas été invités, et leurs opinions et cas particuliers dans lesquels les projets extractifs font déjà des ravages ne semblent pas faire partie des intérêts politiques du moment.

Ce que l'Europe ressent, c'est une forte concurrence des économies émergentes à croissance rapidemarchés mondiaux des matières premières. La fourniture de ces matières premières aux industries joue un rôle de plus en plus important dans les économies et les politiques.

Par conséquent, ils investissent de grandes quantités de argent public en enquêtant et en discutant des problèmes liés à l'approvisionnement en matières premières avec un grand «oubli»: le territoire dont ils envisagent de l'extraire, compris comme l'environnement où d'autres activités sont précédemment exercées, comme toutes celles liées à la vie des communautés qui ils habitent; et les problèmes posés par la coexistence proposée de l'exploitation minière et d'autres types d'extractivisme avec ces vies et activités. Il ne parle pas non plus des conditions d'extraction ou de manière exhaustiveimpacts sociaux et environnementaux ou droits de l'homme.

Il n'y a pas d'exploitation minière durable

Même si elle présente son activité comme soi-disant «durable, responsable», ce que l'industrie recherche, ce sont ses propres avantages économiques et ni la durabilité ni la responsabilité ne sont ses premières préoccupations. D'autres termes généralement associés à l'exploitation minière et à l'extractivisme dans ces espaces sont «innovation» et «grand potentiel», «compétitivité». Le discours minier ne manque pas une occasion de parler de «rendre l'exploitation minière durable».

L'UE soutient que la durabilité et l'approvisionnement lui donneront des avantages compétitifs au niveau mondial si cela est fait d'une manière proche des objectifs du Millénaire pour le développement. Et il a même été mentionné que les matières premières sont nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Balayage pour la maison

Dans ce sens, certains représentants de l'industrie minière affinent leurs arguments et font leurs propositions pour faciliter leurs affaires. Par exemple, si certaines zones naturelles peuvent être protégées dans le cadre du réseau Natura 2000, pourquoi d'autres ne pourraient-elles pas être «protégées» ou protégées pour la production minérale?

L'industrie proteste également pour ne pas se voir garantir le "droit d'exploiter" dans l'UE, en tant que l'un des facteurs limitatifs les plus importants pour l'investissement minier dans l'UE.

En réalité, ils recherchent un accès, selon les termes de l'industrie, «équitable, à long terme, sûr et abordable» pour les matières premières secondaires et primaires. Une grande illusion, un mirage qui peut être possible de la façon dont ils le peignent. Parce que?

Les impacts de l'extractivisme sont ici

De mon point de vue, il est essentiel que la classe politique et la société prennent en charge la impact écologique et socialde tout cet extractivisme.

Au fur et à mesure qu'ils se déroulent, les processus politiques et stratégiques ne correspondent pas à la situation vécue dans de nombreuses régions du monde que ces processus indiquent comme adéquates pour réaliser l'extractivisme.

Initiative après initiative, l'Union européenne respecte l'agenda qu'elle promeut activement depuis 10 ans et qui vise à garantir l'accès aux matières premières dont son industrie a besoin pour survivre, son économie pour croître et sa chaîne de valeur industrielle pour se renforcer, ainsi que ses consommateurs, pour continuer d'alimenter un système de moins en moins durable pour la planète.

Le but ultime de l'UE est "de garantir qu'elle reste compétitive et agile pour générer des profits", de manière à s'aligner sur celle de l'industrie et non sur celle de l'écologie ou des communautés affectées.

Dans le même temps, l'engagement susmentionné en faveur de l'économie «verte» et de la mobilité électrique sont inextricablement dépendants de l'extraction massive dans n'importe quel pays du monde et du commerce mondial des métaux tels quecobalt et lelithium.

Dans cette ligne, ils sont investissements de plusieurs millions de dollars les pays européens actuels pour assurer l'approvisionnement de ces métaux et minéraux, promouvoir la recherche et le développement, cartographier et compiler les données géologiques et les rendre accessibles pour attirer les investissements en Europe; et en dehors de l'Europe, des outils commerciaux tels que les accords de libre-échange et les accords d'aide au développement tels que la coopération internationale sont utilisés pour garantir le libre accès aux matières premières.

Et sachant qu'aucune autorité compétente n'écoute attentivement les communautés affectées par l'exploitation minière ou la thématisation du problème, mais l'ignore ou même le nie, c'est unmode opératoire très effrayant.

Combien de temps l'UE continuera-t-elle à faire la sourde oreille aux communautés qui résistent aux projets miniers et extractifs?

Le 3èmeSemaine européenne des matières premières / Semaine européenne des matières premières 2018 a eu lieuavec un vaste programme à Bruxelles la semaine du 12 au 16 novembre, comprenant une série d'événements organisés par la Commission européenne sur des questions liées aux matières premières dans l'UE autour de sujets tels que: la politique, la technologie, la coopération internationale, les conditions-cadres, la base de connaissances, etc.

Par Guadalupe Rodríguez (@ecologistadelno)

Ecportal.net


Vidéo: 2004 02 11 FEDER, La politique régionale de lUnion Européenne (Janvier 2022).